Les nouveaux talents sont exigeants !

  •  
  • 10
  •  
  •  
  •  

Inversum a réalisé une enquête dans 29 pays auprès de plus de 530 000 étudiants où on leur a demandé «Quel salaire pensez-vous percevoir dans votre premier poste après obtention de votre diplôme?»

Il y’a peu de temps, nous avions vu qu’il était difficile de trouver des talents en France, que nous faisions face à une pénurie des talents sur des postes qualifiés et que cette pénurie venait de la pression sur les salaires dans les industries hautement qualifiées. De ce fait, les employeurs ont dû augmenter les salaires pour attirer les talents.

Ces talents disposant d’un choix de carrière vaste, sont soucieux de la rémunération que ces décisions leur apporteront, notamment en France.

Les macro-entreprises sous pression

Les prétentions salariales des jeunes diplômés varient selon la taille de l’entreprise. Plus l’entreprise sera conséquente, plus les exigences le seront aussi. C’est notamment le cas dans le secteur de l’ingénierie où l’on trouve les étudiants les plus gourmands. Par exemple, au Brésil les ingénieurs ont des exigences 1,3 fois supérieur aux étudiants de commerce. Ainsi, l’écart entre ces deux diplômés seraient de 5 000$.

De plus, ces étudiants arrivent avec des ambitions de salaire plus élevé que les employés qui sont déjà au même poste.

Les étudiants jouent de cette pression car les macro-entreprises sont prêtes à payer les salaires exigés afin de ne pas laisser les « talents » à la concurrence.

Les hommes au coeur des exigences

Sur le secteur de l’ingénierie, ce sont les hommes qui ont des exigences supérieures à celles des femmes, surtout en Russie, en Espagne, au Canada, bien que l’on retrouve ce comportement dans la fibre commerciale. Alors qu’en Suède, ou encore en Malaisie, les écarts entre les hommes et femmes sont très faibles.

Vous serez surement également intéressé par

  •  
  • 10
  •  
  •  
  •