Les comportements discriminatoires dans le monde du travail

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avez-vous aimé cet article ?

Le monde du travail est un milieu où de nombreux employés sont confrontés à des comportements discriminatoires. Malgré une prise de conscience sociale, notamment sur les réseaux sociaux avec les hashtags MeToo et BalanceTonPorc, de nombreux faits persistent et tous ne sont pas signalés.   

Ces harcèlements font l’objet du 11ème baromètre du Défenseur des droits. L’enquête, réalisée auprès d’un échantillon de 5000 personnes, fournit des indications ne mentionnant pas de différences entre le secteur public et privé, les catégories socioprofessionnelles et le secteur d’activité.

Les comportements discriminatoires sont très présents dans le monde du travail

Ces situations se concentrent autour de certaines populations qui sont victimes de racisme au travail, 33% des personnes perçues comme « non-blanches » déclarent avoir subi des situations inappropriées au travail contre 6% de personnes « blanches ».

Ces mêmes populations sont plus exposées à des scènes hostiles : 40% des hommes de 18 à 44ans perçus comme « non-blancs » ont assisté à des propos ou comportements discriminatoires contre 11% chez les hommes « non-blancs » âgés de 34 à 44 ans.

Certaines personnes subissent également une double peine, comme de nombreuses femmes qui subissent le harcèlement, parfois mêmes des agressions sexuelles, sur leur lieu de travail où 54% des femmes de 18 à 44 ans perçues comme « non-blanches » ont été exposées à des propos et comportements discriminatoires. Ces comportements sexistes sont de plus en plus signalées suite aux mobilisations sociales qui ont suivi l’affaire Weinstein.

Ces hostilités concernent beaucoup d’employés, 1 personne sur 4 ayant répondu à l’enquête a subi des propos ou des comportements tendancieux sur ces 5 derniers années dont 5% de ces personnes déclarent les subir fréquemment.

D’autres stigmatisations sont signalées :

Le sexisme (14%) et le racisme (9%) sont les situations les plus dénoncées, mais il existe d’autres stigmatisations dans le milieu du travail. L’handicap, la santé, la religion représentent 5% de plaintes et peuvent faire l’objet d’une troisième peine pour certaines personnes.

Les handicapés sont souvent confrontés à la dévalorisation de leur travail et de leurs compétences, 43% des femmes en situation de handicap ont été exposées à des propos et comportements discriminatoires.

Nous trouvons également des cas alarmants concernant l’orientation sexuel, on apprend que 40% des hommes homosexuels ou bisexuels ont été exposés à des propos et comportements discriminatoires.

Ces situations sont peu signalées et difficilement quantifiables mais il existe des moyens pour prendre la parole et évoquer ces faits.

Les actions mises en oeuvre contre ces comportements

Le 17 mai 2018, Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a lancé un appel pour lutter contre les violences sexistes au travail, ainsi 1 million d’euros a été levé pour financer des organismes agissant contre ces faits :

    • 200 000 euros pour OPCALIA afin de développer son application « 1001 lettres » en installant un module dédié à ces violences.
    • 800 000 euros répartis sur une quinzaine de projets novateurs régionaux comme :
      • l’Occitanie où un syndicat de sensibilisation forme et sensibilise les responsables syndicaux et agents de la fonction publique.
      • la Bretagne qui crée un réseau régional de prévention via la CFDT
      • l’université de Lille qui lance un Mooc interdisciplinaire (une formation en ligne à distance pouvant accueillir beaucoup de participants) pour sensibiliser ses étudiants et intervenants.

L’inspection du travail vient aider la communauté LGTB en formant leurs inspecteurs. Muriel Pénicaud, ministre du Travail, défend ce projet « qui touche aux valeurs de la République car il touche à la liberté, à l’égalité et à la fraternité ».

La mobilisation sociale permet aux victimes de ces harcèlements de s’exprimer sur ces faits trop fréquents et de quantifier ces violences. Avec des projets nationaux et  au sein des entreprises, la lutte contre la violence semble devenir l’une des priorités des décideurs.

Vous serez surement également intéressé par

  •  
  •  
  •  
  •  
  •