Formation professionnelle : les salariés en attente d’implication de leur entreprise

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avez-vous aimé cet article ?

La formation professionnelle est un enjeu fort pour les entreprises et les salariés afin de leur permettre de s’adapter aux mutations économiques et technologiques. Avec le CPF (Compte personnel de formation) les salariés ont désormais la possibilité de prévoir eux-mêmes leurs formations. Comment s’en saisissent-ils ? Une étude récente de l’IFOP (octobre 2017) pour Actalians s’est justement intéressée au processus qui conduit à la décision de se former dans les entreprises.

51% des salariés affirment que la demande de leur dernière formation venait d’eux-mêmes, contre 29% demandée par le manager ou le supérieur hiérarchique et seulement 20% par la Direction des ressources humaines de l’entreprise. L’implication directe des salariés varie beaucoup en fonction de l’âge des salariés. En effet, ce sont 61% des moins de 29% qui ont demandés eux-mêmes cette formation, contre 44% pour les plus de 50 ans.

Les motivations pour suivre une formation sont diverses. Pour 65% des salariés il s‘agit de gagner en performance sur leur poste de travail, 57% pour s’adapter aux évolutions du secteur d’activité ou du métier. Seuls 29% des salariés sont motivés par l’accès à une promotion ou une nouvelle mission au sein de leur entreprise et 17% pour envisager une reconversion.

Lorsqu’un salarié émet une demande de formation, celle-ci n’est pas systématiquement prise en compte. L’étude révèle que seulement 42% des salariés affirment que leurs demandes sont souvent prises en compte, 36% oui, mais rarement. Les formations sont davantage acceptées par les entreprises lorsque le demandeur est un cadre (86%) qu’un ouvrier (73%). Les entreprises ne sont donc pas toujours très impliquées. Pour preuve, dans seulement 76% des cas, l’entreprise demande un avis sur la formation a posteriori.

Seuls 59% des salariés confirment qu’ils peuvent solliciter leur service de Ressources Humaines pour leur projet. Un chiffre qui varie beaucoup en fonction de la taille des entreprises. Les structures de plus de 50 salariés, mieux équipées en fonction RH support sont plus attentives aux demandes que les TPE.

61% des salariés ont, aujourd’hui, l’intention de suivre une formation dans les 12 prochains mois. Une intention beaucoup plus faible chez les salariés plus âgés (56% pour les 50-59 ans), et plus élevée chez les cadres et professions intellectuelles supérieures (75%) que chez les employés (58%) et les ouvriers (48%).

Si la formation professionnelle est un droit pour les salariés, seuls 60% d’entre eux ont connaissance de l’existence du CPF, 8% n’en ont jamais entendu parler. 76% des salariés n’ont, pour le moment, pas utilisé leur CPF.

Vous serez surement également intéressé par

  •  
  •  
  •  
  •  
  •