Nouveau job : 5 atouts pour réussir votre intégration

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avez-vous aimé cet article ?

Félicitations, vous avez été choisi pour ce poste ! Tant pour vos compétences que pour votre savoir-être. Et ce dernier est un élément déterminant dans votre prise de poste, pour faciliter votre intégration dans ce nouvel environnement, avec vos nouveaux collègues, et face à de nouveaux outils de travail. Au-delà du parcours d’intégration mis en place par votre service RH pour enchanter votre expérience collaborateur, voici 5 conseils qui vous aideront dans votre nouvelle prise de fonctions.

Anticipez votre intégration: préparez votre rentrée.

En amont de votre entrée dans vos nouvelles fonctions, profitez des entretiens finaux pour poser des questions, observer et vous intéresser de très près à votre nouvel environnement de travail. En complément des informations disponibles sur internet, cette pré-immersion vous en apprendra davantage sur le contexte dans lequel vous allez passer 70% de votre temps journalier. 
Quelle est la culture de l’entreprise, ses valeurs, son histoire, et ce qu’elle tend à devenir dans les trois prochaines années ? Quels sont les codes vestimentaires de l’entreprise et plus précisément de votre service ? Quelles sont les horaires habituelles de travail ? Quelle est l’ambiance actuelle, les codes hiérarchiques, le tutoiement est-il de rigueur entre collègues ?
Autant d’éléments culturels structurants à bien connaître, car s’ils sont décorrélés des process purement opérationnels, vous saurez mieux appréhender le moment venu.

Votre intégration sociale.

« On a pas deux fois l’occasion de faire une première bonne impression ». Soignez votre présentation non pas pour briller plus que les autres, mais pour vous adapter aux codes vestimentaires de votre nouvel eco-système.
On peut aisément imaginer que votre manager enverra un email auprès de la société pour annoncer votre arrivée, alors n’hésitez pas à aller vous présenter aux autres services de l’organisation, partager un café matinal, être disponible les midi pour déjeuner avec vos collègues et échanger des moments conviviaux qui fluidifieront l’opérationnel. Le cas échéant, votre présence aux éventuels afterworks et autres événements formels comme informels sera appréciée, et même recommandée.
Enfin n’oubliez pas que vous serez amené à vous familiariser avec des outils maison, et continuer d’apprendre. Votre humilité et votre capacité à poser des questions pointues montrera vos capacités d’adaptation et de progression, même si vous occupez un poste de dirigeant expérimenté. 
Car il faut bien garder à l’esprit qu’au-delà de votre maîtrise du poste et de ses outils, votre attitude intégrative favorisera grandement votre épanouissement dans vos nouvelles fonctions. Si au bout de trois mois, on a l’impression que vous avez toujours été là, c’est que votre intégration est plus que réussie.

Bien définir les objectifs de votre mission.

1 mois, 3 mois, à 6 mois, à 1 an, la temporalité doit être définie sur des objectifs clairs, progressifs et réalistes.
 Un entretien de suivi avec votre manager sera tout indiqué à l’issue de chaque étape de votre parcours, ainsi vous saurez exactement ce qu’il attend de vous. Au besoin, ne craignez pas de demander tous les éclaircissements nécessaires, des conseils sur les personnes avec qui vous concerter, mais communiquez avec votre manager. Ici il ne s’agit pas de faire le héros (même si vous êtes capé pour), mais consolider les fondations de votre épanouissement et de votre succès à ce poste. Gardez à l’esprit qu’un manager est un coach qui a pour mission de transformer les figurants en premiers rôles, et ces derniers en étoiles.
Un engagement opérationnel immédiat
Vous êtes avant tout recruté pour vos compétences, et c’est le moment de les démontrer : maîtrise des logiciels, systèmes de production, prises de rendez-vous avec les prospects,… C’est le moment pour montrer votre engagement et laisser exprimer tous vos talents. Montrez que vous n’êtes pas qu’un exécutant et prenez des initiatives, pour valoriser votre expérience passée et montrer votre responsabilité sur votre périmètre. Dès votre prise de poste, n’hésitez pas à informer, mobiliser et fédérer votre réseau autour de vos nouvelles missions. 
En cas de blocage sur un savoir-faire demandé, n’hésitez pas à demander une aide ponctuelle à votre manager ou à vos collègues, ou à vous former par vous-même pour vous sentir à l’aise le jour suivant.
Pour démontrer votre engagement. Quant à arriver plus tôt et repartir plus tard que les autres, c’est à double tranchant. Car si ce comportement de bon petit soldat est positivement perçu dans certaines cultures d’entreprise, d’autres pourraient le voir comme l’aveu d’un zèle excessif ou d’une réelle difficulté à produire la même quantité de travail dans le même temps que les autres…qui partent plus tôt que vous.

Votre rapport d’étonnement positif.

Tout au long de vos 100 premier jours, votre oeil extérieur sera confronté à des problématiques auxquelles vous aurez des solutions qui n’ont peut-être pas encore été étudiées ou appliquées dans votre nouvel environnement. Une fois de plus, votre humilité et l’argumentation de vos pistes d’amélioration doivent être démontrées dans ce rapport très apprécié par les managers. 
Point par point, notez ce que vous trouvez de positif dans vos nouvelles fonctions, et développez votre plan d’améliorations en intégrant les protagonistes concernés pour que l’organisation profite des bénéfices de votre expérience. Dépendant des organisations, ces rapports d’étonnements sont attendus au terme d’une période de 30 à 100 jours. Et si rien de tel ne vous est expressément demandé, alors soyez force de proposition lors des entretiens mensuels de suivi avec votre manager.


Découvrez aujourd’hui nos opportunités pour démarrer une nouvelle aventure professionnelle, consultez nos offres d’emploi.

Vous serez surement également intéressé par

  •  
  •  
  •  
  •  
  •