1 cadre sur 3 a déjà démissionné suite à une mauvaise intégration

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avez-vous aimé cet article ?

Les cadres sont les super-héros de la stratégie de l’entreprise. S’ils font en effet le beau temps au sein des organisations, ils peuvent tout autant faire la pluie en cas de départ. Ce qui revient à réduire à néant tous les efforts de recrutement et de fidélisation déployés par les entreprises dans le cas où un.e cadre applique d’éventuelles envies d’ailleurs. Ainsi, il convient de ne pas rater la première manche : celle de l’intégration ! Selon une étude Cadremploi parue ce jour, 1 cadre sur 3 a déjà démissionné suite à une mauvaise intégration. Quels sont les ressorts d’un tel chiffre ? On fait le point.

 

Toute bonne intégration dans une entreprise commence par un accueil digne de ce nom. De ce côté là, les entreprises françaises semblent bien s’en tirer selon les cadres interrogés. En effet, 77% d’entre-eux déclarent avoir été accueillis par leur manager et non par les ressources humaines. Ce qui dénote d’une proximité privilégiée à la solennité.

Dans le même esprit, 87% des cadres interrogés ont été présentés à leur équipe et 83% à l’ensemble de leur service. En revanche, 63% ont été présentés aux autres services de l’entreprise.

L’accueil est également bien anticipé puisque 83% des cadres déclarent que leur arrivée a été communiquée en amont à leurs équipes et 80% à leur service. On note néanmoins un bémol quand l’échelle continue de s’agrandir puisque seuls 47% des cadres déclarent que leur arrivée a été annoncée aux autres services.

 

Un accueil plutôt soigné mais des parcours d’intégration plus hasardeux

 

Si l’accueil semble bien fonctionner, c’est au niveau du parcours d’intégration que cela semble coincer pour Cadremploi. En effet, seulement 46% des cadres estiment avoir eu un véritable parcours d’intégration à leur arrivée dans l’entreprise.

De plus, quand ce parcours a le mérite d’exister, il reste très classique. Il se cantonne globalement à : la visite des locaux, la présentation de l’entreprise par un membre de la direction, la présentation du poste et/ou un petit-déjeuner ou un déjeuner avec les nouveaux arrivants.

Ainsi, ces manquements peuvent se payer cash puisque 33% des cadres déclarent avoir déjà démissionné suite à une mauvaise intégration ! Dont 65% dans les 6 mois qui ont suivi leur arrivée ! Un chiffre marquant démontre que le parcours d’intégration est trop souvent pris à la légère : 35% des cadres ont eu un entretien à mi-parcours réalisé pendant leur période d’essai.

Pour Elodie Franco Da Cruz, Chargée d’études chez Cadremploi : « Bien qu’elles soient conscientes de l’importance qu’il faut accorder à l’intégration des nouveaux collaborateurs, les entreprises semblent encore un peu timides sur le sujet. Or, la mise en place de vrais processus d’onboarding est aujourd’hui un élément clé pour la fidélisation de leurs talents mais également un levier permettant de développer leur marque employeur. Les entreprises ont une véritable carte à jouer : dans un contexte de guerre des talents, elles ont tout intérêt à s’investir davantage sur le sujet pour se démarquer de leur concurrent ! »

Cadremploi a réalisé cette étude sur la base de 1012 répondants à un questionnaire auto-administré en ligne auprès des bases opt-in Cadremploi du 25 au 29 mars 2019. 

Vous serez surement également intéressé par

  •  
  •  
  •  
  •  
  •