Mais que veulent les salariés ?

6 octobre 2017Actualités, QVT
  •  
  •  
  •  

Quelles sont les attentes des salariés aujourd'hui ? Malakoff Médéric a réalisé une étude qui «sonde» la qualité de vie au travail et les attentes des salariés français en 2017.

Depuis plusieurs années, la qualité de vie au travail s'impose comme une thématique de plus en plus importante chez les salariés comme chez les dirigeants d'entreprises. C'est d'ailleurs ce qui ressort de cette étude réalisée tout au long de l'année 2017.

La QVT

Premier enseignement : sur la thématique de la qualité de vie au travail, c'est l'importance d'une bonne ambiance qui arrive en tête des réponses des salariés. La question de la « QVT » semble aussi s'imposer chez les dirigeants. En effet, pour trois patrons sur quatre, le thème de la «QVT» sera dans les prochaines années un sujet de préoccupation majeur. Un des objectifs serait de faire baisser l'absentéisme. Aujourd'hui, 34,1% des salariés se font porter pâles au moins une fois dans l'année (contre 32,6% en 2015).

Et après ?

Si l'ambiance arrive en tête des préoccupations des salariés, la rémunération reste aussi un critère important pour 40% des personnes interrogées. Arrive ensuite la reconnaissance au travail (38%). Par ailleurs, les salariés rêvent d'un équilibre parfait entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. C'est le souhait de 37% d'entre eux.


Du côté des dirigeants, après la « QVT », les préoccupations principales concernent les relations avec le supérieur hiérarchique (45%), suivie de la rémunération globale (42%) et enfin de la reconnaissance (40%).

Différences de générations.

Autre élément très intéressant de cette étude : les différences entre les générations de salariés. En effet, on constate que l'ambiance et les relations avec les collègues arrivent en tête des critères de QVT, et ce quel que soit l'âge des salariés. En revanche, l'importance de ce déterminant diminue avec l'âge : il passe de 53% chez les moins de 30 ans à 45% chez les salariés de 50 ans et plus. Idem pour la sensibilité à l'environnement de travail qui passe de 35% chez les moins de 30 ans à 24% chez les plus de 50 ans.

Vous aimerez aussi