Les jeunes diplômés et l’emploi

Dans son dernier baromètre, l’Apec revient sur la situation professionnelle des jeunes diplômés, un an après avoir obtenu leur diplôme. Ainsi, après avoir obtenu leur diplôme de niveau Bac +3 ou plus, les jeunes diplômés de la promotion 2015 sont 82 % à être en emploi et 92 % à avoir déjà occupé un premier emploi. L’étude montre aussi que le niveau d’insertion des diplômés de niveau Bac +3 ou 4 se rapproche de celui des Bac +5 et plus, mais les conditions d’emploi de ces deux populations diffèrent sensiblement.

La situation d’emploi

12 mois après la fin de leurs études supérieures, 92 % des jeunes diplômés de niveau Bac +3 ou plus ont déjà réussi à décrocher un premier emploi. Ces jeunes sont près des deux tiers à occuper un emploi 6 mois après leur diplôme, et ils sont 80%, 12 mois après leur diplôme.

 

Dans le détail, on peut noter que 49 % des jeunes diplômés de niveau Bac +5 ou plus étaient encore dans leur premier emploi  un an après leur diplôme. 32 % occupaient déjà un autre emploi, tandis que 8 % étaient toujours en quête de leur premier poste (et 11 % étant à la recherche d’un nouvel emploi).

L’insertion sur le marché de l’emploi varie selon la discipline de formation

Les diplômés en « Sciences Humaines et Sociales », en « Sciences Technologiques » et en « Lettres, Langues et Arts » bénéficient d’une insertion plus rapide.  Un an  après l’obtention de leur diplôme, plus de la moitié de ceux  qui sont  en emploi occupent un poste de cadre (alors que 29% sont employés ou fonctionnaires de catégorie C et 18% sont agents de maitrise ou fonctionnaires de catégorie B).  Cet emploi est dans la majorité des cas un emploi stable :  gestion-finance-administration et études, recherche et développement ; elles rassemblent la moitié d’entre eux. La quasi-totalité des jeunes diplômés occupent un emploi salarié (97 %), l’entreprenariat et l’exercice d’une profession libérale restant marginaux. L’étude indique également que 9 jeunes diplômés sur 10 exercent leur activité à temps plein.

 

La moitié des jeunes diplômés reçoivent une rémunération brute annuelle de plus de 28 000 euros, primes et part variable comprises.