Interview d’Eric Brient, Directeur Industriel de BACCARAT et client de Menway Carrières

  •  
  •  
  •  

Eric Brient, Directeur Industriel de BACCARAT et client de Menway Carrières depuis plusieurs années, a accepté de répondre aux questions de Williams Desprez, Directeur Menway Carrières Est.

Williams Desprez : Eric, tout d’abord merci d’avoir accepté que soit organisée cette visite d’entreprise.

Eric Brient : Je l’ai fait en fonction de la relation privilégiée que BACCARAT entretient avec Menway Carrières et pour les challenges d’entreprise que nous avons partagés, lorsque l’économie était favorable ou au contraire, lorsqu’elle l’était beaucoup moins. Et dans la continuité, nous vous avons confié une mission d’accompagnement managérial conduite sur plusieurs années.

WD : Une collaboration qui a démarré il y a plus de 20 ans…

EB : effectivement, cela remonte à 1993 lorsque BACCARAT vous a sélectionné pour accompagner l’entreprise dans la gestion d’un Plan de Départs Volontaires avec la gestion de la mobilité interne et externe. Nous avons ensuite travaillé à la concrétisation d’une Gestion Prévisionnelle des Emplois & Compétences qui nous a d’ailleurs valu d’être reconnus comme leader au niveau de la branche.

WD : A ce titre, la revue « Personnel » diffusée par l’ANDRH publie en février un dossier sur le management de proximité, sujet de préoccupation des organisations. Quels constats et réflexions voulez‐vous nous faire partager ?

EB : Le programme que nous avons pensé s’est inscrit dans une logique d’optimisation de l’organisation et de développement de la performance, individuelle et collective, sur 3 échelons hiérarchiques. Le changement opéré s’est également fait au niveau culturel en sortant de la perspective up/down parce que ce sont les managers de terrain qui créent avant tout le mouvement, l’activité. Je fais aujourd’hui le constat d’un management plus mature, plus résilient, capable d’accepter le changement permanent.

Un bon partenaire conseil doit toujours considérer l’ADN de l’entreprise qu’il sert.

Mais il faut prêter attention au fait que le retour sur investissement d’un tel accompagnement n’est pas à court terme, que l’action doit s’inscrire dans le temps avec des périodes que je qualifie de « coaching blues » et qu’elle doit être véritablement portée par la Direction, la RH et les collaborateurs directs.

WD : Eric, pour terminer, quelles sont les qualités que vous recherchez avant tout chez un partenaire Conseil ?

EB : J’attends tout d’abord une compréhension de l’environnement qui ne serait en rien superficielle et une appropriation des modes de raisonnement, de l’ouvrier comme de la Direction. Un bon partenaire Conseil doit toujours intégrer les particularités culturelles de l’univers de son client, et surtout bien considérer l’ADN de l’entreprise. BACCARAT fabrique des pièces depuis près de 250 ans ! Il faut donc faire preuve d’une vraie qualité d’écoute et d’analyse, être force de proposition et d’adaptation de solutions pertinentes… Et en aucun cas arriver chez nous avec une boîte à outils toute faite !

Vous aimerez aussi