Ce que les DRH attendent du nouveau gouvernement ?

  •  
  •  
  •  

Alors que le nouveau Président de la République Emmanuel Macron a prit officiellement ses fonctions le dimanche 14 mai, il va devoir répondre aux nombreuses attentes des DRH français. Justement, qu’attendent les DRH du gouvernement d’Edouard Philippe ? Quelles sont, selon eux, les  questions prioritaires ? L’ ANDRH a réalisé  une étude sur ce sujet. En voici les principaux enseignements.

L’emploi

C’est bien sûr la question de  l’emploi qui arrive en tête des préoccupations des  DRH. Ces derniers sont  40% à citer  l’insertion professionnelle des jeunes comme sujet prioritaire à traiter ces prochaines mois. Après l’emploi, les autres secteurs prioritaires selon les DRH français sont la  transformation numérique (34%) et le développement des nouveaux modes d’organisation (29%).

L’apprentissage

Autre demande récurrente des DRH pour favoriser l’emploi (notamment des jeunes), le développement de l’apprentissage : c’est une demande de 92% des sondés. Pour cela, ils demandent la mise en place de politiques incitatives (par exemple, l’exonération totale des charges sociales pour l’embauche d’un apprenti, le renforcement du rôle de l’entreprise dans le système ou la facilitation des modalités de rupture du contrat).

Concernant le financement de la formation professionnelle, 87% des DRH souhaitent la mise en place d’une aide fiscale en faveur de l’investissement dans la formation.

Moins de charges, plus de souplesse

Bien sûr, la question du coût du travail est prioritaire pour 85% des sondés. Plus de  76% des DRH souhaitent la réduction des charges patronales  et salariales. « Une  réduction d’environ 3% sur les charges salariales  aurait un impact réel sur le pouvoir d’achat des salariés » précise Jean-Paul Charlez, président national de l’ANDRH.

Toujours selon les DRH, le  CDD devrait à être assoupli et simplifié . C’est ce que pensent 70% des sondés, qui veulent toutefois  conserver la distinction CDI/CDD.

Contre le contrat de travail unique

Même s’ils dénoncent la complexité du CDD, les DRH sont toutefois très partagés sur l’idée du contrat de travail unique (50% y sont favorables, 50% opposés). Pour Jean-Paul Charlez, président national de l’ANDRH, ce contrat unique  est une « fausse bonne idée »  car il risquerait de réduire les garanties données aux salariés en CDI.

 

Source : focusrh.com
Vous aimerez aussi